Réflexions autour du thème

Quand parle-t’on de rites d’agrégation des étudiants?


Trop souvent, dans le langage courant, sont confondus des termes tels que «week-end
d’intégration», «bizuthage», «usinage», «baptême», … C’est que chacune de ces
expressions sont voisines. l’un se situe dans un lieu donné et en un temps donné, tandis
que l’autre se déroulera ailleurs en un autre temps. C’est le mot «bizutage» qui sera le
plus employé pour amalgamer l’ensemble. L’erreur sémantique provient
essentiellement du fait qu’aucune étude de sciences humaines ou sociales sérieuse ne
se soit penchée sur ce sujet. On observe une pratique particulière, et on en produit des
conclusions que l’on espère, «vœu pieu», fonctionner partout de cette manière. Les
faits ne se déroulent bien entendu pas tout à fait comme ils l’entendent, mais sans avoir
approché le problème, il leur est malaisé de se rendre compte où le bât blesse.

Car il est certain qu’un air de famille existe entre toutes ces pratiques : propos
vexatoires, postures ou accoutrements humiliants, blagues de potaches, ivresse,
sport invraisemblable, chansons grivoises à forte teneur machiste, sont des points
communs qu’il n’est pas possible de réfuter.

Baptême étudiant en médecine, Caen, vers 2010

Pour bien assimiler d’où proviennent ces pratiques, il faut se donner la peine, comme
dans toute équation, de trouver le plus petit dénominateur commun. En un mot, la
plus ancienne pratique connue utilisant les mêmes actions dans le but de produire les
mêmes effets – à savoir l’agrégation des nouveaux dans une corporation de métiers.
En cela, nous le voyons, il ne s’agit nullement d’un passage d’un âge inférieur
(l’enfance) à un âge supérieur (l’adulte). Il est même plutôt envisageable de convenir
que c’est l’ensemble du parcours scolaire qui constitue le dit passage, et que l’examen
soit l’acte permettant de s’émanciper.

L’agrégation au sein d’un corps social constitué est tout autre. Le rite ne sera
pas produit pour donner une plus-value au nouvel arrivant, mais plutôt à le rendre
compatible au fonctionnement de la corporation.


Bizuthage étudiant en médecine, Caen, vers 2013

Le rite y amenant doit être éprouvé de longue date, par des générations de
prédécesseurs. La plupart des recherches font part d’une ressemblance troublante entre ceux-ci et les rituels des cultes à mystères de l’Antiquité. Ce point de vue est mis sous
parenthèses par les opposants aux pratiques dites bizutantes en affirmant que les rites
remontent à l’Empire Napoléonien, et qu’à l’époque des cultes à mystères, l’université
n’existait pas.

Nous reviendrons plus tard sur ces querelles de clocher, et partons du principe
que tous ont partiellement raison.

Commandant RoSWeLL

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s